Thèmes

prénom art dieu moi femmes nature fille vie homme fond belle femme bonne chiens chien brune cul video jeune domina gynarchie maitresse conard esclave conard

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Dominatrices (24)
· Jeunes maitresses (7)
· Soumission de l'homme (12)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· ma niece, petite domina.
· dressage d'esclaves
· graine de dominatrices
· dominé par sa belle fille
· severine et le pouvoir des cuissardes

· l'éducation d'un soumis.
· dominatrice
· l'amie de ma fille, ma maitresse.
· esclave de ma bonne
· au cul les chiens
· epouse stricte
· ma femme cruella
· un esclave pour ma niéce.
· l'esclavage et le dressage
· ce que femme veut, l'homme doit s'executer.

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 04.08.2010
Dernière mise à jour : 13.01.2013
44articles


l'éducation d'un soumis.

l'éducation d'un soumis.

qu'est ce qui se passe, je suis étendu sur un lit de paille, incapable de bougé, mais membres sont solidement attachés, qui m'a amené ici, je me souviens vaguement d'une soirée bien arosée, et la petite brune avec un cul d'enfer, je n'avais jamais bander autant en dansant, je fetais mes vacances, j'allais partir aujourd'hui avec ma femme, que va t-elle dire, que va t-elle penser, j'essayais de me détacher, mais non c'étais des chaine et des menottes, qui m'avait affublé de la sorte, j'entendis soudain un bruit de talon, puis la serrure, j'aperçu vaguement une femme, toute vêtue de cuir avec des cuissardes, elle m'éblouissa avec sa torche, posa une écuelle emplie de je ne sais quoi et un bol d'eau, que fais-je ici mademoiselle, premierement c'est maitresse qu'un esclave doit me nommer, et tu n'as pas à parler, sa voix était trés jeune, comment vais-je faire pour manger, comment font les chiens d'aprés toi, maintenant ferme ta gueule, ta premiére punition va commencer, elle me cravacha comme une forcenée, je hurlais de douleur, puis elle quitta les lieux, non sans m'avoir dit, pour tes besoins tu as de la paille, je me retrouvais seul, ne sachant toujours  ce qui m'avait amené là, je n'avais même pas vu le visage de cette jeune fille, j'e n'avais qu'entreperçu son cul moulé dans un pantalon de cuir, j'avais faim, je humais l'écuelle, bordel ça a l'air dégeulasse, soudain une voix me parvint dans un haut parleur, tu n'as pas le choix esclave, ce que tu vas bouffer, c'est les restes que tes maitresses ont mélanger, elles y ont ajouter quelque crachats, des cendres de cigarette, et des petites choses dont je tairais la nature, mais que tu reconnaitras surement, je hurlais, pourquoi suis je ici, un violent coup de jus, me fit trembler, je n'avait pas remarquer le collier qui enserrer mon cou, un collier électrique, je t'avais dit de fermer ta gueule esclave, maintenant bouffe, tu as dix minutes, aprés je reviens pour ta deuxieme punition, pitié maitresse, ha, ha,ha entendis dans le haut parleur.

la pitié cette petite pute n'en avait aucune, la raclée qu'elle revint me donné était pire que la premiére, quand je t'aurais maté, je te détacherais et aussitot tu te metteras en position comme un chien, mais ce n'est pas pour tout de suite, nous avons le temps, tu es en vacance, comment savait elle celà, tu te demande comment je sais, c'est simple, ta femme me l'a dit, ou es t-elle demandais-je, la haut, mais elle ne veux pas te voir, ou du moins ici, car elle te surveille avec la video, je vois que tu as tout bouffé, as-tu reconnu le gout de ta femme, non, he bien elle à jouie dedans et pisser un peu, dés demain, tu auras son nectar, ce sera ta seule boisson, bon il faut que je m'occupe des autres, ils vont s'impatientés, je reviens dans deux heures te cravacher car tu as parler et ça, t'es interdit.

au bout de quelques jours, je la vis arriver tenant un homme en laisse, j'étais fatigué, anéanti, j'ai suplier des jours entier que je leur obeirais, pour la premiére fois, elle me détacha, aussitot je me jetais sur ses bottes puis me mis a ses pieds, bien dit-elle, elle ota le collier et la laisse de l'homme et me la passa, puis elle ordonna à cet homme, tu as une heure pour tout nettoyé, un nouveau va arrivé, toi tu m'attendras à genou derriére la porte, bien maitresse, puis elle tira sur la laisse, à ma botte esclave, arrivant dans une salle d'eau, elle me dit, vala bas au fond, je vais te doucher, tu pue le fauve, elle décrocha une lance à incendie et me doucha, j'ai cru que j'allais crevé là, tu croyais peut-etre avoir de l'eau chaude, sache qu'avec moi, un esclave n'a droit à rien, elle coupa l'eau, allez au pieds, sans même m'essuyais, je me remis à sa botte, elle me gifla, tu iras plus vite la prochaine fois, je n'aime pas attendre, quand je donne un ordre, c'est tout de suite, compris, oui maitresse, nous traversons une cour, d'ou je croisais plusieurs femmes vêtues de cuir, tenant en laisse et ou plusieurs hommes nus à par un short de cuir trés serré, fermer par un cadenas, ma maitresse m'ayant vu étonné me dit, ne t'en fait pas tu vas l'avoir ton short de chasteté, aucun male ici ne peux faire ses besoin quand il veux, il doit impérativement le demander à sa maitresse, qui elle, décide si il a envie ou pas, on descendis dans une sorte de magasin qui sentait bon le cuir, ma maitresse s'adressa à un esclave attaché attaché à une longue chaine, quand il nous vit il s'applatit sur les bottes de maitresse, suffit debout, équipe cet esclave, vite je n'ai pas de temps à perdre, il m'enfila ce fameux short, j'étais compresser, ma bite et mes couilles écrasées aux maximun, il mit le cadenas et remit la clé a maitresse, voilà dit elle, tu es pour l'instant tout à moi, ha j'oubliais ta femme t'embrasse elle est partie en weed-kend avec son amie, tu sais celle à qui tu te dois d'être là, ah, ah, ah.

c'était donc ca, ma femme à la colle avec une domina, bon je n'ai plus que quinze jours de vacance, et malgré tout cette maitresse dont je ne sais même pas le prénom est trés jolie, sévére mais jolie, de plus, son cul serré dans son cuir, est entrer dans mon cerveau, j'en ai presque oublié les autres femmes, et la miénne en plus, tout en pensant à ca, je ne pus m'empêcher de dire tout haut, en regardant ses fesses, je vous aime maitresse, elle se retourna et me dit, répéte ce que tu viens de dire esclave, je répétais, une gifle me fit réalisée que je n'avais aucun espoir de rester avec elle, des mecs comme toi, j'en dresse une douzaine par an, bien sur qu'ils m'aiment, mais ne t'inquiéte pas, je te reverrais, mais en attendant, suis moi, tu vas passer quatre heures avec une autre maitressen elle va t'apprendre à cuisiner, laver, repasser, et toute les autres taches qui pourrisent la vie des deesses, heureusement quelles ont trouver le moyen de réparer l'etteur de dieu, c'est a dire vous les males, tous des esclaves.

j'entrais dans une grande salle, je n'étais pas seul, une dizaine d'homme, laver le sol, un autre repasser, plus loin a terre un homme sucer une culotte, ma maitresse du moment embrassa sur les levres une jolie jeune fille vingt ans au plus, moulée elle aussi dans un pantalon de cuir, avec par dessus des cuissardes, voilà cherie, je t'améne cet esclave, il a tout à apprendre, sa maitresse rentre dans quinze jours, elle souleva mon menton avec sa cravache, bien dit-elle, je vais faire de toi une bonniche parfaite, va d'abord aider le lecheur de culotte, et en silence, sinon, je m'approchais de l'esclave, pris une culotte dans la paniére et je commencer mon labeur, une trentaine de sous vêtement devaient etre lavées à la langue, gout d'urine de  cyprine et j'en passe, j'hésitais de montrer mon dégout, car mes deux garde chioume me regarder, je te le laisse, à tout a l'heure, j'en ai un qui doit etre arriver a présent, sois sage esclave.

pendant prés de quatre heures j'avais appris pas mal de chose, reçus beaucoup de coup de cravache, on apprends mieux sous les coups disait la maitresse, tu verras ta femme sera comblée, ma maitresse vint me rechercher, allez chien en route, dans la cour je lui demandais humblement, s'il vous plait maitresse, quoi qu'est ce qu'il y a, pourrais -je me soulager, la petite ou la grosse, les deux maitresse, elle tira sur la laisse et m'emmena dans un batiment ou se tenait les toilettes, des toilettes turc, sans porte, elle pris la clé et me dit, tu as cinq minute, alors grouille, je me soulager pendant qu'elle me regardait en souriant, j'avais du mal  à faire gener par sa présence, dêpeche esclave, tu as mon ménage à faire, je ne peux pas m'occuper de vos gueule et faire les corvées, je ne me rappelle même plus si un jour j'ai fait le ménage, ha, ha, ha.

elle m'emmena dans un appartement cossu, elle s'installa dans un fauteuil en cuir, le crissement de son pantalon contre le fauteuil me fit rêver, j'aurai aimer au fond de moi etre à la place du meuble, sert moi un wiski, et surtout reste en position, ma position etait à genoux bien sur, elle était assise jambe alongés, fumant une cigarette, quandje revins elle m'ordonna, trouve la salle de bain et fait moi couler l'eau à bonne température, ensuite tu iras dans ma chambre chercher ma nuisette, et tu m'attendras à genoux, allez dégage, laisse moi me reposer.

j'ai du la laver, la parfumer, lui passer sa nuisette et chaussées ses mules, malgré le short je bandais comme un ane, j'étais pret a exploser, elle me mit un coup de genou dans les couilles, je t'interdis d'avoir des penséés esclave, vous êtes si belle maitresse, elle détacha la clé de son cou, je crus qu'elle allait me soulager, mais elle se caressa le sexe avec, ca m'excite de te savoir emprisonné, regarde ma chatte, approche ta gueule, sort ta langue et léche moi doucement, bien esclave, tu seras un exellent lécheur pour ta lesbienne de femme, comment maitresse, oui ta femme est devenue une experte en l'art lesbien, d'ailleurs si tu n'ai pas assez obeissant, le prochain séjour ici, c'est la castration, et c'est moi qui opére, ton séjour ici touche à sa fin, alors si tu me revoie un jour, c'est que ta chére épouse aura décider de t'opérer, maintenant tu t'applique, j'ai envie de jouir, le lendemain, ma femme vêtue en dominatrice vint me chercher avec la petite brune qui m'avait piégé, je m'écroulais à ses pieds, en lui promettant d'obeir à sa loi, je crois que je ne reviendrais jamais ici, du moins je l'espére, j'ai perdu ma femme, mais je récupére deux maitresses, le bonheur.



Commentaires (2)

Anonyme le 13/12/2013
Jaimerai me faire emascué par ta domina ja paye si y fo apel 0616157108


Dli le 24/08/2014
Je prend


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
nouvelle année
          meilleurs voeux aux maitresses, qu'ils y es beaucoups plus d'esclaves qui se reconnaissent, à ce là bonne année, ceux qui n'ont pas la chance d'être diriger par
angie la garce
          Angie, la garce Le jour était à peine levé sur la petite ville de M. et Graham se hâtait car il devait se rendre à cette réunion dite « des grands patrons » de
pour vos yeux, les chiens
ces quelques images je les offres aux chiens qui visite mon site, mais ils ne le méritent pas, je sais qu'il y a quelques maitresses que j'embrasse, voici quelques idées
a chacun sa place
          mais qu'est ce qui se passe, j'étais dans une soirée sm, avec mon mari soumis, je le tenais en laisse, quand je m'aperçus qu'il y avait des soumis et des soumis
eve s paradise, (une histoire de capitulation.)
Eve's Paradise Chapitre 1 Lady M était contente. Au volant de son cabriolet au rouge assorti à celui de ses lèvres, elle rentrait chez elle. Le soleil couchant de cet
forum